En 2002, après avoir assisté à une information visant à sensibiliser l’enfant aux bonnes façons d’aborder un chien, un membre de l’équipe soignante de la pédiatrie a trouvé cela très utile et a eu l’idée de réaliser de telles séances au C.H.R. de la Citadelle – Liège. L’association sans but lucratif « Un Chien Pour Un Sourire » était née. Le projet est conduit par une équipe interdiscipinaire qui se compose d'infirmier(e)s, d'éducateurs, de psychologues, de pédiatres, de vétérinaires et d'un éducateur canin professionnel. Chaque intervenant fait vivre le projet en fonction de ses connaissances et de ses aptitudes.

Nous ne faisons pas de thérapie au sens strict du terme, seule la relation entre le chien et l'enfant est thérapeutique. Le chien possède en effet de grandes qualités relationnelles qui permettent à l'enfant de "sortir de sa coquille" et d'oublier temporairement ses problèmes.C’est Boris Levinson qui, dans les années ’50, a constaté les effets thérapeutiques de la présence d’un chien chez de nombreuses personnes âgées. L’animal est devenu pour lui un complément thérapeutique. Cet animal devient un outil qui permet d’améliorer le bien-être d’une personne fragilisée.


Les séances passives .Ces séances répondent le mieux aux besoins des enfants souffrant de pathologies lourdes. Elles ont lieu dans un local spécialement aménagé.L'enfant est libre lors de ces moments: caresse l'animal, joue avec lui ou/et le toilette sous la surveillance attentive d'un maître chien et d'un professionnel de la santé. la possibilité de se coucher ou de rester assis. . Garde le silence ou dialogue avec le maître du chien. Les séances participatives. de 2h00h Elles se déroulent dans un local en présence d'un psychologue.La présence du chien auprès de l'enfant et son interaction avec lui informe le psychologue de faits nouveaux, d'attitudes nouvelles. Ces données supplémentaires éclairent le professionnel dans la compréhension de son patient. L'objectif de ces séances est de permettre à l'enfant d'apprivoiser ses peurs et ses angoisses

Elles se déroulent dans les écoles et s'articulent autour de 2 thématiques complémentaires. Cet enseignement, destiné aussi indirectement aux parents et copains, vise à une amélioration des relations humains-chiens au coeur de notre société. C'est l'humain qui a eu besoin du chien pour l'aider et pas l'inverse. Cet état de fait nous donne une responsabilité vis à vis de lui.

"Tu es responsable de ce que tu apprivoises" comme le dit si bien Saint-Exupéry dans "Le Petit Prince".
  • La vie quotidienne avec mon chien :

    • Sa morphologie, sa manière de fonctionner (ex: le chien ne transpire pas, d'ou le danger accru d'un "coup de chaud" par rapport à nous, humains, ...).
    • Ses besoins physiques et sociaux (tout chien a besoin d'exercice et d'interactions avec ses semblables pour être heureux et équilibré)
    • Les soins récurrents à lui prodiguer (nourriture appropriée, brossage, déparasitage, vaccins périodiques, ...)
    • Les principes éducatifs fondamentaux à respecter (cohérence, fermeté, douceur, ...)
    • La compréhension de son comportement, (le chien vit dans l'instant, il est donc incohérent de lui tenir rigueur d'un comportement passé, ...)
    • ...

  • La dédramatisation auprès des enfants que le chien effraie : 

    Il faut clarifier l'origine de la peur (héritage des parents, expérience traumatisante, ...) pour mieux la combattre. L'accent est mis sur le côté comportemental, sur l'interaction humain-chien.
    • Quel comportement adopter si je rencontre un chien lâché qui s'approche en aboyant?
    • Comment le chien interprète t'il mon comportement?
    • Qu'est-ce que je risque?
  • Le chien, a priori, ne me veut pas de mal. C'est moi, l'humain qui, par mon comportement, induit celui de l'animal. Inadapté, il provoquera la peur et, dans certains cas, l'agressivité du chien. L'humain est donc "maître du jeu". A lui de se faire comprendre correctement par son partenaire animal.